Home / Newsroom / Quand la protection des championnats nationaux tourne à la farce

Quand la protection des championnats nationaux tourne à la farce

Et si la protection des championnats nationaux n’était pas toujours une bonne chose pour le développement des jeunes joueurs ? Arrivé à Mouscron, en première division belge, il y a un an, Théo Defourny doit prendre son mal en patience.

Né à Bourg-en-Bresse de parents belges, le portier a été formé à l’Olympique Lyonnais et a porté le maillot de l’équipe nationale belge des catégories U16 jusqu’en espoirs. Désireux d’acquérir du temps de jeu, le jeune gardien fait un premier passage par la Belgique via un prêt d’une saison à l’Antwerp lors de la saison 2011-2012 avant de revenir une deuxième fois, sous la forme d’un transfert définitif, à Virton lors de l’été 2014. Ses prestations sont remarquées et Théo Defourny franchit une nouvelle étape en signant dans un club de division 1 : Mouscron. Mais depuis, sa carrière stagne, pour une raison très particulière.

Mouscron a la spécificité d’aligner une équipe type composée de nombreux éléments étrangers. Or depuis 2009, les clubs belges évoluant en première et deuxième division sont tenus de coucher sur la feuille de match six joueurs ayant été formés en Belgique, ou assimilés. Les dispositions pour être considéré comme tel sont clairement stipulées dans l’article 1204 du règlement fédéral :

Sont considérés comme ayant été́ formés par un club belge:

  • –  les joueurs qui selon la loi belge en vigueur sont belges et ayant fait l’objet d’une affectation pendant, au moins, trois années complètes à un club en Belgique;
  • –  les joueurs ressortissants de l’EEE ayant fait l’objet, avant leur 23ème anniversaire, d’une affectation pendant, au moins, trois années complètes à un club en Belgique;
  • –  les joueurs non ressortissants de l’EEE, ayant fait l’objet, avant leur 23ème anniversaire, d’une affectation pendant, au moins, trois années complètes consécutives à un club en Belgique.

Une décision nuisible pour Theo Defourny qui, la saison dernière, se voit ainsi régulièrement privé de banc à cause des difficultés de son club à remplir ce critère. En effet, le portier ne peut aider Mouscron à satisfaire cette condition, puisqu’il n’est pas formé en Belgique. C’est là qu’est toute la subtilité d’un règlement qui ne donne finalement que peu de crédit aux talents belges qui auraient été très vite repérés et formés à l’étranger. Ainsi dans le même ordre d’idée, si Alex Craninx, formé au Real Madrid, voulait signer en Belgique, il serait confronté au même problème !

Là où par contre, la situation devient encore plus ridicule, c’est quand on apprend dans la presse, via ses agents Selak et Paiva, que le portier ne serait toujours pas considéré comme tel cette saison. Après une saison complète en prêt à l’Antwerp, une autre dans les cages à Virton, et une troisième sur le banc ou en tribune à Mouscron, Théo Defourny a trainé sa peine, et devrait enfin être éligible. Un raté dans la régularisation des dossiers au sein de l’Union Belge ? Espérons en tout cas que l’affaire sera bientôt réglée pour un garçon qui ne demande qu’à exprimer tout son potentiel.

A propos Blog Thierry Granturco

Vous devriez également lire

Sebastian Coe défend les autorisations d’usage à des fins thérapeutiques

Après les attaques répétées du groupe de hackers russes « Tsar Team (APT28) » à l’encontre de …