Home / Sports et business / « Football, j’oublie tout » : la mésaventure à 400 000 euros d’Elliott Grandin

« Football, j’oublie tout » : la mésaventure à 400 000 euros d’Elliott Grandin

Elliott Grandin, ex-joueur du Stade Malherbe de Caen, de l’OM et de l’OGC Nice vient d’être définitivement condamné par la Cour d’Appel de Caen à payer plus de 400 000 euros… à sa banque.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il avait quitté la France pour jouer à Blackpool, de 2010 à 2013, puis à Crystal Palace, de 2013 à 2014. Et qu’il avait omis de laisser ses nouvelles coordonnées à ses banquiers.
Bien tenté, mais pas cadré

Ces derniers, voulant désespérément rentrer en contact avec lui, avaient alors écrit à l’adresse de ses parents. Ces courriers étant restés sans réponse, l’une des banques se résigne à assigner le joueur en remboursement d’une somme de plus de 400 000 euros. Un jugement exécutoire est rendu en ce sens par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Lisieux, le 13 novembre 2014.

Elliott Grandin tente de faire appel de ce jugement… deux ans plus tard, en mai 2016. Il soutient que le jugement du TGI de Lisieux ne lui a pas été signifié en personne, contrairement à ce que prescrit l’article 654 du Code de procédure civile. Par conséquent, le délai d’appel d’un mois à partir de la signification, prévu par les articles 528 et 538 du Code de procédure civile, ne peut pas lui être applicable.

Bien tenté, mais pas cadré comme disent les footballeurs. Car entretemps, le propre avocat du joueur a confirmé à la banque que ce dernier avait bien conservé son adresse en France, chez ses parents. Adresse à laquelle les courriers recommandés avec accusé de réception étaient réceptionnés pour lui par son père.
Partir, c’est payer beaucoup

Ce qui devait arriver arrive. Par une ordonnance rendue le 22 février 2017, le juge des référés de la Cour d’Appel de Caen déclare l’appel d’Elliott Grandin irrecevable. Sa condamnation devient définitive.

Et nul doute que cette condamnation lui est préjudiciable, lui qui essaye aujourd’hui de poursuivre, non sans mal, sa carrière dans le championnat chypriote. Moralité : partir à l’étranger, quand on est un joueur de football, n’exonère pas de gérer ses affaires en France. Faute de quoi, on peut être rattrapé par son passé. Ou plutôt par son passif.

A propos Thierry Granturco

Thierry Granturco est avocat aux Barreaux de Paris et de Bruxelles, spécialiste de droit du sport. Il est actif dans le milieu du football professionnel depuis plus de 20 ans après avoir lui-même joué à haut niveau à l'Olympique Lyonnais (OL).

Vous devriez également lire

Me Granturco interviewé par Le Parisien sur les Football Leaks, le PSG, l’UEFA et le Fair Play Financier

Avocat spécialisé dans le football et fervent opposant du fair-play financier, Thierry Granturco jette un …